He Knew he was right BBC 2004

He Knew he was right BBC 2004

L’œuvre  d’Anthony Trollope a très peu été adaptée à la télévision. Cette mini-série de 3 épisodes diffusée sur la BBC en 2004 a été, si je me souviens bien, ma première incursion dans l’univers de l’auteur.

Adaptée du roman du même nom (et qui compte pas moins de 900 pages) par le décidément très prolifique Andrew Davies, cette mini-série réunit Oliver Dimsdale (excellent mais trop peu présent sur les écrans à mon goût), Stephen Campbell Moore (un de mes acteurs british chouchous ), Laura Fraser, Christina Cole, Bill Nighy, Matthew Goode ou encore David Tennant. Et oui, rien que ça !

Moins célèbre que d’autres adaptations diffusées sur la chaîne, elle n’en est pas moins une très belle réussite.  Je la classe sans le moindre doute parmi mes period dramas favoris. J’y ai absolument tout aimé : de la mise en scène aux décors, en passant par la photo, la musique, les personnages ou encore le casting, les dialogues et le scénario. Après l’avoir visionnée, Anthony Trollope nous apparaît définitivement comme l’un des meilleurs peintres de la société victorienne.
He Knew He was right est un récit formidablement construit, où on suit les destinées (plutôt sentimentales) de plusieurs personnages. Au premier plan, il y a le jeune et séduisant Louis Trevelyan et son épouse, Emily. Il l’a rencontré lors d’un voyage et est rapidement tombé amoureux de cette jolie jeune femme, sprituelle et intelligente. Il a demandé sa main à son père, alors ambassadeur de Grande-Bretagne, le couple s’est ensuite installé à Londres. Le début nous montre un couple très heureux et amoureux. Mais bien sûr, comme on peut s’y attendre, le tableau de cette petite famille idyllique tend peu à peu à se fissurer. Les visites du Colonel Osborne, le parrain d’Emily et vieil ami de son père (incarné par un formidable Bill Nighy) se font de plus en plus fréquentes et insupportent Louis qui voit d’un très mauvais oeil que ce séducteur notoire s’approche aussi insidieusement de son épouse … Louis est quelqu’un de terriblement passionné et la jalousie le consumme inexorablement … Oliver Dimsdale est absolument remarquable dans le rôle de ce mari torturé. Il m’a beaucoup émue. Sa progression dans la folie est sidérante. On croit à ses tourments et même si on comprend peu à peu qu’il est paranoïaque et qu’on aimerait qu’il arrête de s’entêter de la sorte, on ne peut qu’être touché par son désarroi… Afficher l'image d'origine
Laura Fraser, qui joue son épouse, a été pour moi une révélation également. Son jeu, tout en nuances, est poignant. On ne peut que trembler à ses côtés et souhaiter qu’elle ait assez de force pour résister à l’adversité. Comme souvent chez Trollope, les personnages féminins sont très forts. Emily est une jeune femme entière, passionnée, qui ne peut en aucune façon accepter de compromis. C’est une épouse et une mère qui se voit accuser des pires tords mais qui garde néanmoins la tête haute. Il fallait une actrice talentueuse pour incarner une telle femme et Laura Fraser, en plus d’être magnifique, y parvient parfaitement ! Emily a une soeur cadette qui lui est dévouée, Nora (Christina Cole) et à son image, comme elle nous le prouve par la suite. Fille d’un ambassadeur, elle ne peut qu’épouser un beau parti. Mais elle est amoureuse de Hugh Stanbury (Stephen Campbell Moore), l’un des meilleurs amis de Mr Trevelyan, son beau-frère.
Hugh est un journaliste. Il vit de manière précaire, surtout après avoir appris que, du fait de sa position et de ses convictions sociales et politiques, il n’héritera rien de sa tante, l’acariâtre Jemima Stanbury (Anna Massey, excellente encore une fois). Mrs Stanburry est une riche veuve, capricieuse et caractérielle mais qui s’avèrera beaucoup plus déconcertante et imprévisible (dans le bon sens du terme) qu’on ne l’aurait pensé. Encore une corde à l’arc de Trollope : sa faculté à créer des personnages ambivalents et finalement très attachants. Mrs Stanburry est un personnage franchement inoubliable. Une lady prisonnière d’un carcan victorien mais tout de même capable de douceur et d’empathie.
Et puis, il y a aussi les soeurs de Hugh, les non moins attachantes Priscilla (impressionnante de cynisme) et Dorothy, qui ira vivre auprès de sa tante, Mrs Stanbury, et dont elle gagnera très vite l’affection. Nous faisons aussi la connaissance du révérend Gibson (David Tennant), ridicule s’il en est dans son rôle de briseur de cœurs. Afficher l'image d'origine

He Knew He was right mérite nettement plus d’échos qu’il n’en a reçus. Ses qualités réside dans toute une quantité d’aspects. Un grand soin est apporté à chaque détail. Les images sont lumineuses, la lumière impeccable, les décors savamment choisis (comme celui de la cathédrale du Somerset), les costumes exquis (tout particulièrement les robes d’Emily et de Nora qui sont du plus bel effet )… La mise en scène est tellement réussie que lorsque les personnages s’adressent au spectateur pour leur livrer quelques bribes de leurs pensées, il n’en est pas surpris. Tout se fait naturellement.

Décidément, les adaptations BBC n’ont pas fini de m’enthousiasmer ! He Knew he was right est une pépite qui a sa place dans toutes dvdthèques de period dramas qui se respectent.

Ma note  : luke5

 

 

7 réflexions sur “He Knew he was right BBC 2004

      1. Hum, pour l’instant, non, surtout que je suis en plein dans une mini (j’espère) panne de lecture, je vais donc être raisonnable ^^

        J'aime

  1. Anthony Trollope est avec Dickens mon écrivain victorien préféré et j’aime tout particulièrement ses personnages féminins. Malheureusement je n’ai pas lu ce roman qui n’a pas été traduit. Mais je suis quand même extrêmement tentée par cette adaptation qui a l’air tout à fait enthousiasmante.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, quel dommage que ce roman n’ait pas été traduit en français. Il me semble en plus qu’il est considéré comme l’un de ses meilleurs et plus modernes.
      Je peux te prêter le dvd de la mini-série à l’occasion 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s