Lucille, à l’heure gourmande de Gwenaële Barussaud

Lucille, à l’heure gourmande de Gwenaële Barussaud

Dans le Paris de Napoléon III, les aventures de Lucille, arrivée dans la capitale avec sa soeur, l’héroïne de Pauline : demoiselle des grands magasins.

Ce 3ème tome de la saga des Lumières de Paris est encore une fois un excellent cru !  J’ai l’impression de dire ça à chaque fois, à tel point que je serais bien incapable de dire quel est mon tome préféré ou quelle héroïne m’a semblée être la plus attachante. Ici, c’est la jeune Lucille, sœur de Pauline, l’héroïne du 1er tome, qui est mise en vedette. On découvre assez vite et Lucille ne le cache à aucun moment, que la jeune fille est encore plus déterminée et ambitieuse que ne l’est son aînée. Elle est aussi plus spontanée et quoique tout aussi intelligente, moins réfléchie et plus prompte à prendre des décisions qui peuvent lui porter préjudice. Dans la première partie du récit, on apprend qu’elle s’est amourachée, à Dinard, d’un homme qui a trompé sa confiance. Impulsive et passionnée, Lucille risque de se brûler les ailes et de voir ses rêves de travailler un jour à son compte partir en fumée à cause d’une erreur de jugement et d’un égarement sentimental. Lucille est indéniablement une héroïne tout feu tout flamme.
Domestique puis femme de chambre d’une demoiselle de bonne famille, Lucille trouve bientôt un emploi dans un grand hôtel parisien. Elle a largement exagéré ses dons en anglais pour pouvoir y travailler et lorsqu’on lui confie le service d’une très riche cliente américaine, elle se mord les doigts à l’idée d’être démasquée. Heureusement, Lucille est pleine de bonnes intentions et extrêmement travailleuse, son courage et sa détermination finiront par payer.
Ce roman traite de la prise d’initiatives des femmes sous le Second Empire avec crédibilité et un vrai goût du romanesque. Le lecteur a envie de voir Lucilleaccomplir son rêve en montant sa propre affaire. Une fois de plus, on suit le parcours social et professionnel (car il s’agit avant tout de cela dans cette série) de notre héroïne avec un vrai plaisir, grâce notamment au suspens qui imprègne l’intrigue et les descriptions du Paris haussmanien, plus particulièrement ici du monde de l’hôtellerie.
Les Règles d’usage de Joyce Maynard

Les Règles d’usage de Joyce Maynard

Gros coup de coeur pour ce roman de Joyce Maynard qui vient d’être publié chez Philippe Rey.

Le sujet du récit est douloureux. Son héroïne est Wendy, petite adolescente américaine de 13 ans environ. Elle vit à Brooklyn dans une famille aimante et recomposée, auprès de sa mère, de son beau-père et de son demi-frère âgé de 4 ans. Le 11 septembre 2011 bouleversera à jamais sa vie. Sa mère, partie travailler, ne revient pas. Au fur et à mesure que le temps passe, l’espoir s’amenuise. Les avis de recherche placardés partout à New York n’obtiennent pas de réponse et le chagrin prend de plus en plus de place dans le coeur de Wendy et des siens. Le désespoir et la sidération l’envahissent, et avec eux, la lente prise de conscience que sa mère ne reviendra jamais. Comment réapprendre à vivre sans la personne qui comptait le plus au monde pour elle ? Et comment oublier les derniers mots plein de colère qu’elle lui a adressés, des mots d’une adolescente en crise souffrant de l’absence de son père ? Le chemin de la jeune fille la mène bientôt en Californie, au près d’un père qu’elle n’a jamais vraiment connu mais auprès de qui elle essaiera à réapprendre à vivre. Tiraillée entre ses deux foyers et assaillie par ses souvenirs, la jeune fille devra composer avec des sentiments contradictoires et une tendresse toujours très vifs pour son beau-père et son petit frère qui l’ont laissée partir le coeur lourd.
En Californie, Wendy fait l’école buissonnière, part à l’aventure et fait de bien drôles de rencontres, à commencer par un libraire solitaire qui lui fera découvrir les bienfaits de la lecture.
Sur cette terre inconnue, Wendy apprend à connaître son père, se lie d’amitié avec la compagne de celle-ci, une sensible éleveuse de cactus, et tente, sans trop y croire ni y faire trop attention, de survivre. Mais cette vie en Californie, qu’elle a appris à idéaliser toutes ces années, lui apportera-t-elle tout ce dont elle a besoin pour se reconstruire et préparer une nouvelle étape de son existence ? Retournera-t-elle à Brooklyn auprès de Josh et du petit Louie ?

J’ai eu l’occasion de rencontrer Joyce Maynard il y a quelques jours et j’ai l’impression, après avoir lu Les Règles d’usage, qu’il est la quintessence même de ce qu’elle est. Voilà un roman mélancolique et poignant mais aussi désarmant d’optimisme et pétri d’humanisme.
Dans son récit, Joyce Maynard réussit l’équilibre parfait entre drame familial intense et profond et roman d’apprentissage lumineux. Elle traite de la période délicate de l’adolescence avec une dextérité rare, une finesse dans le détail et une sensibilité qui ne tombe jamais dans l’affectation. Le roman est empreint d’émotions et de tendresse. Toutes les scènes avec Louie sont absolument irrésistibles, je n’ai jamais vu un auteur donner vie à un petit garçon de 4 ans avec autant de talent. On dirait qu’il sort littéralement des pages pour vivre auprès de nous le temps de notre lecture.
Les Règles d’usage est aussi un roman foisonnant, plein de péripéties, d’humour et d’émotions, incroyablement généreux d’un point de vue romanesque. Il m’est vraiment allée droit au coeur, je ne peux donc que vous le conseiller chaudement !

La mort s’invite à Pemberley, l’adaptation BBC

La mort s’invite à Pemberley, l’adaptation BBC

Koba a eu la bonne idée d’éditer le dvd de la mini-série BBC adaptée du roman policier La mort s’inviPemberleyte à Pemberley. De quoi ravir les fans de Jane Austen parce qu’il s’agit d’une suite d’Orgueil et Préjugés mise en scène avec beaucoup de modernité et de panache par la BBC, qui nous propose (cela devient une habitude !) une production en costumes de qualité !
J’ai trouvé l’adaptation meilleure que le roman, les enjeux m’ont semblée mieux dessinés, les personnages mieux incarnés (le casting y est clairement pour quelque chose  ) et l’ensemble plus palpitant. La mise en scène est élégante et le suspens bien dosé (le format de 3 épisodes est idéal). Et j’ai trouvé les petites doses d’humour bienvenues. Quelle bonne idée d’avoir fait venir Mr et Mrs Bennet à Pemberley !
Comme j’ai pas mal de choses à dire au sujet de cette mini-série, je vais procéder par ordre et commencer par aborder les points négatifs (qui sont peu nombreux) :
– Je n’aime pas tellement ce qu’ils (les scénaristes, et PD James avant eux) ont fait du Colonel Fitzwilliam. Le personnage a été complètement dénaturé pour servir l’intrigue. Le personnage de Jane Austen est solaire, jovial, d’un bon tempérament et d’un abord facile. Ici, il est grave, sérieux, calculateur, secret et même un peu torturé. Je veux bien croire que tous les personnages -même les plus sympathiques – puissent avoir une part d’ombre mais là, je trouve que ça ne colle pas … L’acteur, Tom Ward, est très bon par contre.
– Je chipote peut-être mais Lizzy, ici, ne fait pas assez maîtresse de Pemberley pour moi. Je n’ai rien à redire au sujet de la prestation d’Anna Maxwell Martin, mais j’aurais aimé la voir un peu mieux habillée et coiffée. Les autres héroïnes (Georgiana et Lydia) sont très élégantes, je n’arrive pas à comprendre pourquoi Elizabeth arbore la même robe turquoise du début à la fin (ou presque, il me semble qu’elle change de tenue pour recevoir Lady
Catherine   ). Ce n’est qu’un détail physique mais je trouve ça assez impardonnable dans la mesure où le reste de la production (costumes, décors …) est extrêmement soigné.
– les flash backs : enfin, un seul m’a tout particulièrement dérangé. Je ne suis pas contre l’idée de voir Lizzy se rappeler la première demande en mariage de Darcy. C’est un moment clef de sa vie et au regard de ce qui se passe dans son mariage, il semble assez naturel qu’elle se replonge dans ce souvenir mais pourquoi l’avoir mis en scène de cette façon ? Il ne me semble pas qu’Elizabeth et Darcy se promenaient lorsque celui-ci a fait sa demande et pourquoi avoir écourté la scène de cette manière ?   C’est une scène qui est resté dans les esprits, pourquoi la dénaturer de cette façon ? Ca sonne tellement faux …
– une autre petite incohérence que j’aimerais souligner : la gouvernante Mrs Reynolds m’a semblée bien trop jeune. Il s’agit de la même qui a vu grandir Darcy ? J’ai un peu de mal à le croire …

Je vais maintenant passer aux aspects positifs. Comme vous pourrez le constater, un certain nombre de choses m’ont charmée dans cette production :

– le Darcy de Matthew Rhys : il y a encore quelques jours, je ne pensais pas écrire une chose pareille ! Je n’ai pas été au bout de mes surprises avec cette mini-série ! J’ai trouvé l’acteur excellent et plutôt charismatique. Pour moi, il a presque toutes les caractéristiques d’un Darcy. Il est fier et autoritaire (même s’il lui arrive de forcer un peu trop la voix, parfois   ), je l’ai trouvé très crédible en Maître de Pemberley. On sent qu’en tant que propriétaire de terres et d’un domaine, beaucoup de responsabilités reposent sur ses épaules. Lorsque des failles apparaissent dans sa relation avec Elizabeth, on retrouve le Darcy qui manque d’assurance et de confiance en lui et qui se referme dans sa coquille. Je trouve son comportement très crédible. L’acteur joue très bien le malaise qui s’est emparé de son personnage. Darcy a peur du scandale mais craint aussi de ne pas être à la hauteur. Revoir Wickham réapparaître dans sa vie le trouble et fait resurgir de vieilles rancoeurs …
Si j’ai beaucoup apprécié son Darcy dans cette adaptation, je n’irai pas forcément jusqu’à dire que j’aimerais le voir dans une vraie adaptation du roman de Jane Austen. Comme l’a dit Matthew Rhys dans une interview – de manière très honnête d’ailleurs, son Darcy n’est pas tout à fait le même que celui que nous connaissons.
En tous cas, j’aime beaucoup la voix et le sourire de l’acteur
– l’alchimie entre Darcy et Lizzy : l’un des aspects les plus réussis de cette mini-série pour moi. Le choix des acteurs ne plaira pas à tout le monde, c’est certain mais personnellement, j’ai trouvé leur couple crédible et touchant.

– Jenna Coleman en Lydia : irrésistible de drôlerie et de vanité. La scène où elle confie à Hardcastle que Denny était sans doute amoureux d’elle car il ne lui témoignait jamais d’affection déplacée était très drôle. Et Mrs Bennet qui en rajoute une couche … ces deux là sont vraiment incorrigibles    La scène où Elizabeth se sert d’elle pour faire partir Lady Catherine m’a fait sourire aussi. Et j’ai également beaucoup apprécié celle où Lydia confie à sa sœur qu’elle préfère apprendre que Wickham l’a trompée par les commérages : « No. I’d far rather hear it from the gossips. Then I can pack them away with the contempt they deserve« . Bien dit, Lydia !

– Matthew Goode ! Je crois pouvoir dire qu’il a incarné le Wickham le plus séduisant qu’il nous ait été donné de voir !   Ceci dit, même si j’ai trouvé sa prestation fort convaincante, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire que c’était un peu du gâchis de voir ce superbe acteur jouer un type aussi minable. Ceci dit, il le fait très bien mais je ne boude pas mon plaisir !

– Mr Bennet ! Alors, là, je suis fan !   Mon petit cœur de Janeite jubilait à chacune de ses apparitions. La scène où il se réfugie dans la bibliothèque de Pemberley alors que sa femme le cherche désespérément est si proche que ce que Jane Austen aurait pu écrire (d’ailleurs, il me semble qu’elle a écrit quelque chose d’analogue dans l’épilogue de Pride & Prejudice, il faudrait que je vérifie …) !

James Fleet est génial. Même si son rôle est assez restreint dans cette adaptation, il incarne Mr Bennet d’une très belle façon. Ses instants de complicité avec Elizabeth font pour moi parti des plus beaux moments de la mini-série.
– Les acteurs secondaires : quelle belle brochette quand même ! Mentions spéciales à Henry Alveston (j’aime bien son personnage de jeune avocat idéaliste – on comprend aisément pourquoi Georgiana le préfère au Colonel   ) et à Hardcastle (cet homme a une poigne de fer !). L’actrice qui joue Lady Catherine est elle aussi tout à fait excellente.
– Les aspects sombres de l’intrigue m’ont semblée très bien traités : que ce soit la scène de la pendaison de l’enfant dans le premier épisode (qui fait terriblement froid dans le dos  ), que celle de la rencontre avec le pseudo-fantôme ou encore celle du procès de Wickham. L’atmosphère inquiétante est très bien rendue.

– l’ensemble de la production (costumes, décors, musique, photographie) : Chatworth / Pemberley est incroyablement bien mis en valeur et remarquablement filmé. Il en va de même pour les abords de la propriété …

Pour moi, cette adaptation est une production de qualité. Quelques petits détails m’ont dérangée mais ce n’est pas grand chose au regard de tout ce qui m’a séduit. Le mystère autour du crime du capitaine Denny et de la dame en violet était très bien orchestré mais le plaisir réside avant tout dans les retrouvailles avec des personnages et un univers qui me sont chers.

A noter également que certains jeunes acteurs très en vogue en ce moment apparaissent dans cette production : Jenna Coleman bien sûr (vue dans Doctor Who et plus récemment dans la série Victoria), Eleanor Tomlinson (qui a vu sa côte de popularité monter depuis le succès de Poldark) ou encore le toujours excellent James Norton (Grantchester, Happy Valley, War & Peace).

Le coffret DVD est sorti le 12 octobre, n’hésitez pas à vous l’offrir ou l’offrir aux janeites de votre entourage ! Il a tout à fait sa place dans une austenthèque qui se respecte !

Je vous laisse avec la bande-annonce de Koba :

L’histoire de Miss Kitty de Beatrix Potter et Quentin Blake

L’histoire de Miss Kitty de Beatrix Potter et Quentin Blake

« Frank l’Efflanqué surgit soudain d’un terrier, poursuivi par un robuste lapin d’âge mûr en veste bleue. Ce dernier lui enfonçait violemment et douloureusement un parapluie dans le dos. » La découverte d’un conte inconnu de Beatrix Potter, au comique tonique et malicieux, qui n’attendait que Quentin Blake pour être illustré ! La rencontre idéale de deux génies.

L’Histoire de Miss Kitty est sortie le 3 octobre chez Gallimard jeunesse dans une édition « de luxe ». J’ai découvert cette histoire inédite de Beatrix Potter illustrée par le grand Quentin Blake avec beaucoup de plaisir. Je le conseillerais à ceux qui ne connaissent pas encore Beatrix Potter mais peut-être encore plus aux lecteurs qui affectionnent son travail. On retrouve bien dans ce conte facétieux tout ce qui fait son univers : un savoureux mélange d’humour et de tendresse, de la dérision toute british et en prime, quelques uns de ses personnages les plus emblématiques font des apparitions remarquées au cours du récit : l’élégant Pierre Lapin et sa veste bleue (un Pierre plus âgé et au ventre bien rebondi), Mme Piquedru, la gentille lingère et le redoutable Mr Tod, le renard.

L’héroïne de cette histoire est Miss Kitty (ou plutôt Miss Catherine St Quintin), une petite chatte noire intrépide qui mène une double vie. Quand elle n’est pas la petite chatte sérieuse et bien élevée d’une affectueuse vieille dame, Kitty part à la chasse armée de sa carabine et habillée comme un gentleman, et se sert d’un de ses amies comme couverture ! Le problème, c’est que malgré son enthousiasme, Kitty connaîtra quelques déboires et fera de mauvaises rencontres dans la forêt.

Beatrix Potter a écrit ce récit à la veille de la première guerre mondiale mais n’a jamais pu le retravailler. Et une seule illustration subsiste. Quentin Blake, l’un de ses plus grands admirateurs, a repris le flambeau. Le décalage entre le conte et le style de Blake est intéressant. Leurs pattes sont différentes et pourtant, on y retrouve la même malice et la même poésie. On sent tout l’amour et le respect que l’illustrateur voue à Beatrix Potter dans chacun de ses dessins mais aussi dans l’introduction très émouvante qu’il a rédigée. Quand deux génies de la littérature se croisent, ça donne une petite gourmandise savoureuse, à offrir et à partager.